Les religions, la parole et la violence

Claude Hagège

Claude Hagège est linguiste et professeur au Collège de France. Il est lauréat de la médaille d'or du CNRS. Il est l'auteur de livres qui sont d'immenses succès : Le Français et les Siècles, Le Souffle de la langue, L'Enfant aux deux langues, Halte à la mort des langues, Combat pour le français, Contre la pensée unique et Dictionnaire amoureux des langues. « Habité depuis l'enfance par une folle passion des langues, qui m'a conduit à devenir un linguiste professionnel, je suis également envahi, depuis longtemps, par un questionnement : d'où vient donc le besoin qu'ont les humains de croire en un dieu ? Pourquoi l'histoire des religions est-elle hérissée de tant de violences, alors que, suscitées par les interrogations et les angoisses humaines face à un monde encore largement inexpliqué, elles auraient dû avoir pour vocation de réunir toute l'humanité ? En effet, elles proposent quelques explications, certes différentes, mais qui ont pour point commun de rassurer. 
Telles sont les considérations qui m'ont conduit à proposer ici mes réflexions sur les problèmes universels que soulève l'étude des religions. » C. H.

Une France soumise      
Charlotte BONNET, Barbara LEFEBVRE,
Laurence MARCHAND TAILLADE, Caroline VALENTIN

Les Territoires perdus de la République dénonçait déjà en 2004 l’école des banlieues rongées par le communautarisme, l’antisémitisme et le sexisme. Ce sont maintenant carrément des Territoires interdits de la République. Enseignants, infirmières, assistantes sociales, maires, formateurs, policiers témoignent de l’impossibilité d’exercer leur métier. Confrontés à une violence quotidienne, abandonnés par leur hiérarchie, oubliés des politiques, ces acteurs de la vie publique sont les otages d’un chantage inacceptable. La nouvelle enquête de Georges Bensoussan révèle la réalité et les enjeux de ce sectarisme qui met chaque jour un peu plus en péril notre démocratie. Hier, des policiers visés par un gang en toute impunité, une proviseure agressée, de jeunes professeurs qui renoncent face à la difficulté. Et demain ? « Aujourd’hui, en France, on a peur de parler à visage découvert, tant on craint à juste titre les insultes, les représailles professionnelles et même les violences physiques qui peuvent s’en suivre. C’est dire combien notre lâcheté collective a affaibli notre démocratie. Coincés entre l’extrême droite qui rêve d’imposer le saucisson à tous et l’extrême gauche devenue dévote du religieux le plus sectaire, il n’est que temps de réagir : tendre la main à nos concitoyens musulmans qui adhérent aux lois et aux valeurs de notre République, tout en combattant sans défaillance, ceux qui n’aspirent qu’à nous imposer les leurs. »

 

Élisabeth Badinter

Génie de la laïcité

Caroline FOURREST

A force d’être invoquée, la laïcité se brouille. Un vrai champ de bataille. Dans cet essai précis pédagogique et vivant, Caroline Fourest distingue trois laïcité en guerre. La laïcité tout court, fruit du compromis de 1905. Et deux tentations qui cherchent à la renégocier. La première dans un sens multiculturaliste, anglo-saxon et dit « ouvert », au risque des accommodements déraisonnables, d’une « liberté religieuse » envahissante, et de faciliter la montée des intégrismes. 
L’autre tentation relève du monoculturalisme, normatif, identitaire, replié, à géométrie variable, flattant l’identité et les passe-droits quand il s’agit de parler au nom de l’identité chrétienne et l’exclusion voire la discrimination quand il s’agit d’Islam. Ecartelée entre les deux, la laïcité tout court, sans adjectif, est elle-même tiraillée par un nouveau contexte, qui n’est plus celui de 1905, et peut aller d’une vision équilibrée à une vision plus exigente. 
Caroline Fourest défend ici une vision équilibrée de la laïcité mais sans concessions envers ceux qui cherchent à l’affaiblir. Elle pose les bases d’un compromis et d’une séparation revivifiés. Un équilibre fait de distinction claire entre l’espace public et privé, entre les différentes niveau d’exigences selon qu’il s’agisse d’espace de liberté ou de contrainte, tout en plaidant pour une vigilance de tous les instants envers les propagandes qui voudraient faire passer ce compromis pour de l’intolérance. 
Cette laïcité n’est ni fermée ni « ouverte «, ni négative ni positive, ni raciste ni « islamophobe ». Mais le fruit d’une ambition et d’un effort qu’il faut poursuivre, notamment à l’école, si l’on veut vraiment protéger la liberté de conscience (dont la liberté de culte), l’émancipation, l’égalité, la fraternité et en un mot, la République

La laïcité et le droit

La laïcité de la République, devenue règle constitutionnelle depuis 1946, apparaît comme l'un des éléments de définition du régime politique avec la démocratie et le caractère social.

Longtemps contestée mais devenue principe constitutionnel consensuel, la laïcité reste méconnue, mal comprise et objet de toutes les manipulations. [...] La laïcité n'est pas exclusion mais d'abord principe de liberté et d'égalité dans le respect de l'ordre public.

Avec la reproduction de textes de référence, souvent oubliés, cet ouvrage de réflexion intéressera les étudiants, les enseignants, les responsables associatifs et spécialement ceux de l'éducation populaire.

Editions Dalloz en ligne
cliquer  ici

C'est un petit manuel à l'usage de celles qui ceux qui voudront relever le défi de la bataille laïque et éviter les faux semblants. Une salutaire mise de points sur les "i" pour rompre le politiquement correct et repartir du bon pied.

Nadia Geerts, agrégée de philosophie (ULB - 1991), militante laïque, féministe, antiraciste et républicaine belge, nous livre un petit ouvrage indispensable pour s'éclaircir les idées sur l'un des combats idéologiques incontournable de ce début de XXI° siècle. Elle retrace, en termes simples, très pertinents, les enjeux de l'enseignement de base dans toute société qui veut vivre en République.

Telle est la thèse qu'elle nous propose. Sous la forme de 19 questions réparties en 10 "commandements", elle choisit de faire le tour des différentes pratiques liées à la Laïcité.

 

1) Les cafouillages sémantiques comme la peste tu éviteras

 

2) L'obligation de te comporter conformément à ta race ou à ton sexe tu refuseras.

 

3) Liberté et égalité tu chériras.

 

4) Dieu dans le lit du voisin en aucun cas tu ne mettras.

 

5) De salir la réputation de Dieu point ne te soucieras.

 

6) La communauté des humains au-dessus de toute sous-communauté tu placeras.

 

7) Si culte tu as de ta poche tu le financeras.

 

8) D'enseigner des croyances l'école publique point ne se mêlera.

 

9) De l'Etat impartial le digne représentant tu seras.

 

10) De considérer la religion comme un handicap tu te préserveras.